Auteur: Alberti, Leon Battista
Editeur: Les Belles Lettres
Publication: 2017
ISBN: 978-2-251-44629-5
 
Lire le livre Table des matières Partager le livre

Traduite pour la première fois en français par Claude Laurens (Les Belles Lettres, 1993) avec une courte préface de Pierre Laurens et par ce geste arrachée à la philologie pour être rendue à la littérature, la fable politique qu'on va lire dans cette nouvelle issue, remaniée pour adhérer à l'édition critique la plus récente du texte latin, est à ranger dans la bibliothèque aux côtés des chefs-d'?uvre de Swift, de Voltaire et de George Orwell.

Momus, personnage de la mythologie, mis en scène par Lucien comme le dieu de la critique, devient, entre les mains d'Alberti, qui fait de lui par deux fois une victime injustement persécutée, le premier immoraliste de la littérature moderne. L'exil parmi les hommes aiguise son esprit caustique, le malheur lui enseigne à masquer son caractère, au point que le dieu du franc-parler devient, au rebours de sa nature, le virtuose, mieux : le théoricien de la simulation et de la dissimulation, tel un ingénieux Ulysse égaré dans les cours. Mais surtout, à travers les mésaventures qui le ballottent du ciel à la terre, de la société humaine au parlement de l'univers, il est à chaque instant et partout, comme plus tard le Neveu de Rameau, héros de Diderot, le génie de la provocation, le grain de levain qui démasque les faiblesses et les hypocrisies, désacralise les puissances établies et oblige à repenser la morale et la politique conventionnelles.

Mêlant systématiquement le rire au sérieux (pour dire ce mélange, revendiqué par l'auteur, les Grecs avaient créé le mot spoudogéloion), irrigués continuellement par la veine imaginative, portés par une phrase d'une incroyable agilité, les épisodes se succèdent dans un rythme effréné, alternant paradoxes urticants (l'éloge désopilant de la clochardise), pages d'un comique bouffon et osé autant que profond (la conception de Renommée, née du viol de Louange par le dieu de la critique transformé en lierre) et inventions poétiques (les v?ux des hommes qui s'accumulant finissent par encombrer le séjour divin, une fantaisie qui séduira l'Arioste).

Architecte, peintre (et auteur des deux premiers traités modernes d'architecture et de peinture), ingénieur, humaniste, moraliste, écrivain, Alberti (1404-1472) fut, avant Léonard de Vinci, le premier exemple de l'homme « universel », génial et inclassable.

 

 

 

Voir toute la description
 

Score

0

Thématiques

Tags

Dossiers

Présent dans 0dossiers publics

Dossiers

Présent dans 0dossiers privés

Notes

0

Groups

0

Commentaires

0

Videos

En ligne actuellement

Derniers commentaires